La Revue des Ressources
Accueil du site > ERR > Les auteurs de ERR > Kenneth White > Portrait de Kenneth White

Portrait de Kenneth White 

jeudi 5 juin 2014, par {ERR} Editions de la Revue des Ressources

Né en Écosse, installé en France depuis 1967, Kenneth White se dit Écossais d’origine, Français d’adoption, Européen d’esprit, mondial d’inspiration.

Auteur d’une œuvre à multiples facettes, il a été marqué profondément par deux choses : ce qu’il a appelé les « fournaises de la ville » et le « monde blanc » des espaces naturels. D’un côté Glasgow, grand port international et ancien haut lieu de la révolution industrielle, où il a passé les premières années de sa vie, dans un milieu ouvrier. De l’autre le village sur la côte atlantique de l’Écosse, où son père, signaleur des chemins de fer, s’est fait muter pour installer sa famille dans un environnement plus favorable.

Le jeune Kenneth est très tôt attiré par la nature qui l’entoure, parcourant le rivage et « chamanisant » tout seul sur les landes et dans les bois de bouleaux de l’arrière-pays. Adolescent, tout en continuant à arpenter rivage et landes, il devient un lecteur vorace. Il s’initie à la géologie, à l’ornithologie, à l’archéologie de son territoire, et lit des auteurs proches de la nature, tels que Henry Thoreau, Gilbert White, John Muir et John Ruskin. Plus tard, étudiant à l’université de Glasgow, où il est inscrit en langues anciennes, langues modernes (français et allemand) et philosophie, il se plonge dans l’histoire des villes et des civilisations, à travers les grands historiens, et se délecte de lectures citadines allant de Baudelaire à Dostoïevski qui font écho à sa propre expérience sur les trottoirs de sa ville natale.

Étudiant très individualiste, White interrompt le cursus normal de ses études pour aller passer une année en Allemagne, à Munich. Mais, après son retour, il a de plus en plus les yeux tournés vers la France, convaincu qu’avaient eu lieu en France des avancées de l’esprit que ne connaissaient ni les pays anglo-saxons, ni l’Allemagne d’après-guerre. De sorte que, dès ses diplômes obtenus, muni d’une bourse d’études, il part, non pas pour Oxford ou Cambridge, mais, sans hésitation aucune, pour Paris. Et s’il a commencé à écrire à Glasgow, c’est à Paris qu’il publie ses premiers écrits, tôt remarqués par, entre autres, André Breton, qui y reconnaît un « haut accent de nouveauté ».

Ce sera le début d’une œuvre complexe, écrite en partie en anglais et en partie en français, qui s’exprime à la fois par le récit autobiographique (voyages, vie en divers lieux), l’essai et le poème. Quant au style, il se veut toujours à la fois naturel et accessible, sans afféterie, sans maniérisme, sans jargon intellectualiste.

L’œuvre de White dans son ensemble est caractérisée par un va-et-vient entre l’espace fermé des villes et l’espace ouvert non codé. De la partie citadine de ses origines sont nées une critique sociale et culturelle radicale et la recherche d’éléments essentiels puisés à la fois dans les cultures du monde et dans l’expérience directe des paysages. C’est tout cela qui est impliqué dans ce qu’il appelle le nomadisme intellectuel. De son expérience précoce et prolongée de la nature est née la conviction que, sans contact avec le non-humain, la vie humaine s’étiole, se détériore. C’est cela qui a donné lieu au deuxième grand thème général de cette œuvre, à savoir, la géopoétique.

Ajoutons pour compléter cette esquisse préliminaire qu’à son activité centrale d’écrivain, White a toujours joint un activisme qui, en plus de ses fonctions d’enseignant dans plusieurs universités en Écosse et en France (il a toujours considéré son enseignement comme la prolongation orale de son travail d’écrivain), l’a amené à créer ici ou là des groupes de réflexion et d’action, dont l’Institut international de géopoétique, fondé en 1989, peut être considéré comme l’aboutissement.

Les livres de Kenneth White, écrits tantôt en français, tantôt en anglais (les livres écrits en anglais existent pour la plupart en version française), ont été traduits dans diverses langues : allemand, italien, espagnol, portugais, néerlandais, bulgare, serbo-croate, macédonien, polonais, turc, russe.

À propos de Kenneth White


À l’heure de la planétarisation d’une certaine médiocrité, l’un d’entre nous se lève et, tournant le dos, fort d’un véritable savoir, s’éloigne et impose une méthode de pensée, une présence à soi et au monde qui anticipent sur un véritable art de vivre.

Philippe MOGENTALE, Revue des Belles lettres, Genève.

Singulier Kenneth White ! Il est ailleurs, anarchiste et nietzschéen, avec sa volonté d’expérience, ce désir d’un espace "sur-personnel" comme il le nomme. Il ne faut pas voir en Kenneth White un "mystique" détaché du quotidien. Il lie le lointain et le proche, l’Orient et l’Occident, la poésie et la vie quotidienne. Kenneth aux semelles de vent et au cerveau incandescent !

André LAUDE, Les Nouvelles littéraires.

S’il fallait à tout prix trouver une sorte de point de mire dans le passé à la démarche de ce barbare (soit dit en passant un des meilleurs poètes vivant actuellement en France), sans doute faudrait-il tourner les yeux vers un Nietzsche avec qui il possède en commun une haute singularité et une espèce de nihilisme passionné et roboratif qui le mettent à l’abri du prêt-à-penser contemporain.

Maxime CARON, La Voix du Nord.

La singulière puissance de son œuvre, avec ses exigences en apparence contradictoires, mais profondément créatrices, tient à cette quête constamment tournée vers le réel.

Denys C. de CAPRONA, Journal de Genève.

Kenneth White tente de se frayer un passage au-delà de tout esthétisme et de tout intellectualisme vers une sorte de conscience sensible élargie d’un monde que notre civilisation réduit de plus en plus à de vulgaires artefacts...

Georges GUILLAIN, La Quinzaine Littéraire.

Dans la perspective des rapports entre Orient et Occident, il construit l’œuvre la plus intéressante de la seconde moitié du XXe siècle.

Régis POULET, larevuedesressources.org.

Titres & distinctions

Titres universitaires :
M. A. Honours 1st class, Glasgow.
Docteur d’État, Paris.

Fonctions :
Professeur (Chaire de Poétique du XXe siècle), université de Paris-Sorbonne 1983-1996.
Président-fondateur de l’Institut international de géopoétique.
Visiting Professor de l’université des Hautes Terres et des Îles (UHI, Écosse).

Distinctions honorifiques :
D. Litt. Hon. Causa, Université de Glasgow.
D. Litt. Hon. Causa, Université d’Édimbourg.
D. Litt. Hon. Causa, Open University.
Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres, 1986.
Officier dans l’ordre des Arts et des Lettres, 1993.
Honorary member, Royal Scottish Academy.

Prix littéraires :
Prix Médicis étranger pour La Route bleue, 1983.
Grand prix du rayonnement français de l’Académie française pour l’ensemble de l’œuvre, 1985.
Grand prix Question de pour Une apocalypse tranquille, 1986.
Grand prix Alfred de Vigny pour Atlantica, 1987.
Prix de poésie Aleramo (Italie), 1996.
Insigne de la Generación del 27 pour Atlantica, Málaga, 1997.
Prix Roger Caillois pour l’ensemble de son œuvre, 1998.
Prix ARDUA pour l’ensemble de son œuvre, Bordeaux, 2002.
Prix Édouard Glissant (Université de Paris 8) pour son ouverture aux cultures du monde, 2004.
Prix Bretagne pour l’ensemble de son œuvre, 2006.
Prix Grinzane-Biamonti (Italie) pour l’ensemble de son œuvre, 2008.
Grand Prix Maurice Genevoix de l’Académie française pour Les Affinités extrêmes, 2010.
Prix Alain Bosquet pour Les Archives du littoral, 2011.

Les archives de Kenneth White sont déposées :

• les documents en français à l’IMEC (Institut mémoires de l’édition contemporaine) à l’Abbaye d’Ardenne, 14280 Saint-Germain-la-Blanche-Herbe.
• les documents en anglais à la National Library of Scotland à Édimbourg.
• une collection de documents et d’objets se trouve également au Musée du vivant à Paris.

P.-S.

Photographie : © Marie-Claude White

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter