La Revue des Ressources
Accueil du site > Idées > Agora > LES MARCHES DE LA SOLIDARITÉ : UN MOUVEMENT CIVIQUE EUROPÉEN. APPEL DU 15 MAI (...)

LES MARCHES DE LA SOLIDARITÉ : UN MOUVEMENT CIVIQUE EUROPÉEN. APPEL DU 15 MAI 2015. 

vendredi 29 mai 2015, par Rédaction

En quarante ans tout a changé. À un point tel qu’il devient exceptionnel que soient entendues et écoutées avec succès les voix qui, à l’instar de celles de Jean-Paul Sartre et de Raymond Aron, plaidaient, à la fin des années 70, auprès de l’opinion publique et du Président de la République pour que la France accueille les boat people du sud-est asiatique.

Autre temps, autres mœurs, celles qui traversent l’Europe nous inquiètent au plus haut point. Elles disent l’exclusion, la haine de l’autre, un repli sur soi mortifère. Elles cultivent volontiers le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie plutôt que la bienveillance, la bientraitance, l’accueil organisé de l’autre.

En quinze ans, c’est-à-dire depuis le début du siècle, rien n’a changé. Si l’on regarde du coté de Patras, de Lampedusa, de Calais -du centre de Sangatte aux jungles successives- les politiques migratoires européennes ont le plus souvent échoué. Impuissance, incohérence, égoïsme semblent être les maîtres mots aux frontières de l’espace Schengen, à Bruxelles comme dans la majorité des capitales Européennes. Mais les images de ces migrants, souvent réfugiés, délaissés, esseulés, maltraités nourrissent et alimentent le rejet de ces populations, esquissent les grandes peurs contemporaines, posant des bornes identitaires comme autant de fermetures et d’affrontements à venir.

Le grand remplacement est en marche, disent certains parmi ceux qui hurlent au débarquement des « étrangers » sur nos côtes et à leur déversement en dépit de toute vraisemblance dans nos campagnes. On devrait plutôt s’étonner que ceux-là mêmes qui prétendent s’inquiéter du déclin de l’Europe ne comprennent pas qu’à l’inverse, dans un continent vieillissant, l’immigration devrait être perçue pour ce qu’elle est : à savoir l’un des moyens de compenser le vieillissement de nos populations et une courbe démographique inquiétante.

Depuis trois ans, les citoyens européens ont pris conscience des dangers des voies migratoires irrégulières. La mort rode en Méditerranée comme sur l’ensemble des routes, mais les dirigeants des États membres font la sourde oreille. Comme la majorité de leur opinion publique ils ne veulent pas voir, entendre, analyser et prendre les mesures adéquates ou alors sous la contrainte et de manière partielle.

Tout cela provoque un sentiment de honte et de grand danger pour le projet européen humaniste, soucieux de l’effectivité des droits, et de la dignité de tous que nous appelons de nos vœux.

« Il n’est plus question de vaines paroles, mais d’un acte, d’un acte hardi, d’un acte constructif. » disait Robert Schuman, le 9 mai 1950, il y a 65 ans, dans un discours qui fut la première pierre vers l’élaboration d’une Europe politique, économique et sociale.

Fidèles à cet esprit volontaire et humaniste, à cet esprit de solidarité et d’accueil, nous, citoyens européens venus des 28 pays de l’Union européenne, appelons à l’organisation de marches de solidarité dans toute l’Europe.

Il s’agit :

  • de montrer que la politique actuelle, loin d’apporter des solutions, est nuisible pour les migrants, pour les réfugiés pour les pays de départ comme pour les citoyens des pays d’accueil.
  • d’appeler au respect du droit d’asile et à son application dans des conditions dignes et dans des délais raisonnables pour les demandeurs sur l’ensemble du territoire de l’UE ainsi qu’une juste répartition de l’accueil au nom de la solidarité dans les pays concernés.
  • d’initier un changement de regard médiatico-politique où les termes « appel d’air », « flux », « stocks », « clandestins » sont désormais utilisés pour évoquer des groupes de personnes récemment arrivées sur nos territoires.
  • d’informer nos concitoyens sur l’apport qu’ont représenté, représentent et représenteront demain plus que jamais les populations immigrées.
  • de débattre de politiques européennes migratoires alternatives.
  • d’inciter à la mise en place par des mesures concrètes d’un principe de solidarité dans l’accueil des populations étrangères.
  • d’exiger sans délai et de manière pérenne que soit assurée la sécurité des personnes présentes sur la mer Méditerranée, dans et hors les eaux territoriales.
    Les formes que prendront ces marches demeurent à inventer et nous avons toute confiance en de nouvelles initiatives citoyennes pour le faire. Pour notre part, nous appelons à l’organisation d’une première marche de Calais à Bruxelles au mois d’août 2015.

Mais cela ne peut rester un élan isolé. La force de ces marches en sera dans le nombre et leur diffusion dans l’Europe entière, elle reposera sur des initiatives locales et citoyennes et sur la mise à distance de tous les lieux communs sur les migrations aujourd’hui délivrés en Europe.

L’Europe ne peut se cadenasser dans ses frontières, elle a le devoir d’organiser les migrations, de les penser en imaginant les mobilités et les protections nécessaires.

Dès septembre 2015 donc, « les marches de la solidarité » doivent initier un nouveau mouvement civique en Europe, pour une Europe de la paix et de l’ouverture au Monde.

Signer la pétition de soutien

Par votre signature, vous vous engagez :

- Pour signifier votre soutien à cette démarche de solidarité à l’égard des migrants ;

- Pour être informé sur les marches et les manifestions qui seront organisées pour initier ce nouveau mouvement civique en Europe.

Vous rendrez votre engagement public et votre nom, prénom et profession apparaîtront à la suite de cet appel.

http://www.france-terre-asile.org/c...

Contacts :

  • Pierre Henry : phenry@france-terre-asile.org
  • Olivier Favier : dormirajamais@dormirajamais.org

Image : Lumières nocturnes, 2002.

Les premiers signataires :

Jacques RIBS, Président de France terre d’asile (France), Alain LE CLEAC’H, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Nicole QUESTIAUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France),Frédéric TIBERGHIEN, Membre du bureau de France terre d’asile (France) Sylvain PETIT, Professeur d’Histoire-géographie/ Conseiller communal à la culture (France), Corinne MOREL DARLEUX, Conseillère régionale Rhône-Alpes (France), Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directrice de recherche chez Ceri / CNRS (France), Marie-Christine VERGIAT, Députée européenne (France), Hélène SOUPIOS-DAVID, Chargée de mission France terre d’asile (France), Christophe HARRISON, Cadre de France terre d’asile (France), Andrea SEGRE, Sociologue et Réalisateur (Italie), Gilles MANCERON, Historien (France), Pierre HASSNER, Directeur de recherches à Science Po/chercheur Ceri (France), Annie KALYVA, Docteur en didactique du FLE/enseignante (Grèce), Theodora KOCHYLA, sociologue (Grèce), Argyris TSAKOS, Psychologue/psychanalyste (Grèce), Thanos CONTARGYRIS, Économiste (Grèce), Smaïn LAACHER, Sociologue, France, Chantal LIMOUSY, Thérapeute (France), Gérard TUMA (France), Pauline PERCHAT (France), Marcelle TRON SIAUD, Travailleur indépendant du secteur Associations et organisations sociales et syndicales ( France),Pascale FROMENTIERE (France), Maud COIFFEY, en recherche d’emploi Animatrice Chargée de projet / social culturel (France), Sarah AKKARI, Étudiante (France), Alice QUILLET, Étudiante (France), Jaqcueline BENASSAYAG, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jacqueline COSTA-LASCOUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Paulette DECRAENE, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Luc GONNEAU, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Pierre WORMS,Sociologue/ancien député/ ancien président de la commission des migrations de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe/ responsable associatif (France), Renaud MANDEL, Travailleur social à l’Admie (France), Katerina MOUTSATSOS, production/développement de contenus (États-Unis), Tatianna ANNA PITTA, Comédienne (Grèce), Robin HUNZINGER, Réalisateur (France), Hayat EL KAAOUACHI, Enseignante, (France), Sarah MOLLARD, Étudiante/enseignante (France), Aurore CLAVERIE, Réalisatrice (France), Jean-Marc CHOTTEAU, Directeur artistique de La Virgule (France), Dimitris ALEXAKIS, Animateur d’un espace de création (Grèce), Laura SICIGNANO, Metteuse en scène/auteure de théâtre (Italie), Pascale MAILLART, Citoyenne (France), Elisabeth MARIE, Metteur en scène (France), Gaia PULIERO, Journaliste (France), Marie DE BANVILLE, Scénariste/directrice d’écriture (France), Juliette GHEERBRANT, Journaliste (France), Samuel KUHN, Enseignant, historien (France), Eugenio POPULIN, Educateur spécialisé retraité (France), Catherine DUBOST, Traductrice/enseignante de FLE (France), Francis MAGNENOT, Cinéaste/auteur (France), Angelique IONATOS, Chanteuse et compositrice (France), Laetitia TURA, Réalisatrice du film Les Messagers (France), Hélène CROUZILLAT, Réalisatrice du film Les Messagers (France), François NADIRAS, Militant LDH (France), Antonio M. MORONE, Chercheur en histoire de l’Afrique contemporaine (Italie), Daniele COMBERIATI, Ecrivain/maitre de conférence Univ. Montpellier (France), Edith CANESTRIER, Journaliste (France), Julia SICCARDI, Professeure Agrégée d’anglais (France), Léonard VINCENT, Journaliste/écrivain (France), Angelo MASTRANDREA, Journaliste/écrivain/ ancien directeur-adjoint du journal Il Manifesto (Italie), Laurence DEJARDIN, Assistante d’éducation en ZEP (France), Aferdite IBRAHIMAJ, Journaliste reporter /réalisatrice/photographe (France), Antonella AMIRANTE, Metteuse en scène (France), Francesco DE FILIPPO, Journaliste/écrivain (Italie), Kaha MOHAMED EDEN, Ecrivaine (Italie), Marco ASSENATO, Professeur (France), Sarah GURCEL VERMANDE, Comédienne/traductrice (France), Myrto GONDICAS, Traductrice (France), Nicolas BICKEL, Educateur spécialisé (France), Jean-Pierre LEBONHOMME, Directeur de l’Action sociale (France), Guillaume SCHERS, Directeur des Cada Hauts-de-Seine France terre d’asile (France), Jean-Michel POLLYN, Directeur du Caomie (France terre d’asile) (France), Ficek RADOSLAW, Directeur de l’Accompagnement et de l’Hébergement des Demandeurs d’Asile (France terre d’asile) (France), Martial DUFOUR, Secrétaire général de l’association ’Le Pied à l’Étrier’ (France), Beatrix J.S. ALLAN, Cheffe de service au Peomie (France terre d’asile) (France), Sara POIMBOEUF, Directrice du Cada de Chambon (France terre d’asile) (France), Ludivine MITOUT, Directrice du Cada de Blois (France terre d’asile) (France), Gaëlle TAINMONT, Directrice du Cada de Créteil (France terre d’asile) (France), Isabelle SIGOT, Directrice du CPH (France terre d’asile) (France), Josiane HUBE, Directrice du Peomie (France terre d’asile) (France), Juliette LENGLOIS, Directrice du Cada de Massy (France terre d’asile) (France), Baptiste THOMASSIN, Responsable départemental, Directeur d’établissement, Cada de Melun France terre d’asile (France), Jean-François ROGER, Directeur d’établissement France terre d’asile (France).

SOLIDARITY MARCHES : A EUROPEAN CIVIC MOVEMENT. THE APPEAL OF MAY 15TH, 2015.

How things have changed in 40 years. So much so that the voices of those like Jean-Paul Sartre or Raymond Aron, who in the late 1970s appealed both to public opinion and to the President of the Republic of France to welcome boat-people from South-East Asia, are now hardly ever heard or listened to.

Different days, different ways. We are deeply worried by the voices we hear across Europe these days. They talk of exclusion, hatred of others and a deadly withdrawal into one’s self. They encourage racism, anti-Semitism, and Islamophobia rather than kindness and goodwill, fair treatment, and a proper organisation to welcome others.
In 15 years, since the beginning of the century, nothing has changed. Judging from the situation in Patras, Lampedusa, and Calais (from the Sangatte centre to the successive jungles), European migration policies have mostly failed. Powerlessness, incoherence and egoism seem to be the key words on the borders of the Schengen zone, as well as in Brussels and most European capital cities. The images of migrants, often refugees, abandoned, alone and ill-treated, intensify their rejection and shape the great contemporary fears : the identity markers defined in the process will only cause more refusals and conflicts in the future.

The “great replacement” is under way, say some of those quick to denounce the landing of foreigners on our shores and, despite all likelihood, their flooding inland. It is a wonder that those very people who pretend to worry about Europe’s decline do not understand that, on the contrary, in an aging continent, immigration should be perceived for what it is : a means to compensate the aging of local populations and worrying demographic curves.

In the last three years, Europeans citizens have realized how dangerous irregular migration routes are. Death has been hovering over the Mediterranean Sea as well as European roads, but the heads of EU member countries pretend not to know. Just like the majority of the public opinion in their countries, they don’t want to see, to hear, to analyse and to take the necessary measures – or they do it partially, only when being forced to.

All this is shameful and dangerous for the humanist European project we call for, a Europe that cares for dignity and the effectiveness of human rights.

“It is no longer time for empty speech, we need action, brave and constructive action”, Robert Schuman said on 9 May 1950, 65 years ago, in a speech that was the first step towards the construction of a political, economical and social Europe.

In keep with this spirit of resolution and humanism, this spirit of solidarity and welcome, we, European citizens from the 28 states of the European Union, call for solidarity walks across Europe.

We aim to :

  • show that current policies, far from bringing solutions, are detrimental to migrants and to refugees, to the countries they are leaving as well as to the citizens of the receiving countries.
  • call for asylum rights to be implemented across the EU within reasonable timeframes and in a way that respects the dignity of seekers, as well as for a fair repartition of seekers amongst countries in the name of solidarity between member states.
  • initiate a change in the media and political discourse, where terms such as “suction effect”, “flows”, “stocks”, “clandestine” are now being used to speak of groups of people recently arrived on our territories.
  • make our fellow citizens aware of immigrants’ past, present and future contributions to our societies.
    discuss alternative European migration policies.
  • encourage the implementation, through concrete measures, of a principle of solidarity in the reception of foreign populations.
  • demand that the safety of people on the Mediterranean Sea, within and outside territorial waters, be provided, without further delay and through lasting means.
    The shape of these marches is yet to be invented and we trust in new citizens’ initiatives to do so.
    As for us, we are calling for the first march to take place between Calais and Brussels in August 2015.

But it cannot remain an isolated move. The strength of these marches will reside in their number and their spreading across the whole of Europe. It will rest upon local citizens’ initiatives and upon setting aside all common misconceptions about migrants currently held in Europe.

Europe cannot lock itself up within its borders. It must organise migrations and envisage mobility and all necessary protections.

From September 2015 onwards, “solidarity marches” must give the impetus to a new civic movement in Europe, a Europe in the spirit of peace and openness to the World.

Sign the petition

By signing, you :

- signify your support to this show of solidarity towards migrants,

- agree to be kept informed of marches and events organized to initiate this new civic movement in Europe

Your commitment will be made public with your name, surname and job appearing in signature of this appeal.

http://www.france-terre-asile.org/component/quickform/quickmain/2

Contacts :

  • Pierre Henry : phenry@france-terre-asile.org
  • Olivier Favier : dormirajamais@dormirajamais.org

Picture : Nightlights, 2002.

The first signatories :

Jacques RIBS, Président de France terre d’asile (France), Alain LE CLEAC’H, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Nicole QUESTIAUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France),Frédéric TIBERGHIEN, Membre du bureau de France terre d’asile (France) Sylvain PETIT, Professeur d’Histoire-géographie/ Conseiller communal à la culture (France), Corinne MOREL DARLEUX, Conseillère régionale Rhône-Alpes (France), Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directrice de recherche chez Ceri / CNRS (France), Marie-Christine VERGIAT, Députée européenne (France), Hélène SOUPIOS-DAVID, Chargée de mission France terre d’asile (France), Christophe HARRISON, Cadre de France terre d’asile (France), Andrea SEGRE, Sociologue et Réalisateur (Italie), Gilles MANCERON, Historien (France), Pierre HASSNER, Directeur de recherches à Science Po/chercheur Ceri (France), Annie KALYVA, Docteur en didactique du FLE/enseignante (Grèce), Theodora KOCHYLA, sociologue (Grèce), Argyris TSAKOS, Psychologue/psychanalyste (Grèce), Thanos CONTARGYRIS, Économiste (Grèce), Smaïn LAACHER, Sociologue, France, Chantal LIMOUSY, Thérapeute (France), Gérard TUMA (France), Pauline PERCHAT (France), Marcelle TRON SIAUD, Travailleur indépendant du secteur Associations et organisations sociales et syndicales ( France),Pascale FROMENTIERE (France), Maud COIFFEY, en recherche d’emploi Animatrice Chargée de projet / social culturel (France), Sarah AKKARI, Étudiante (France), Alice QUILLET, Étudiante (France), Jaqcueline BENASSAYAG, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jacqueline COSTA-LASCOUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Paulette DECRAENE, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Luc GONNEAU, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Pierre WORMS,Sociologue/ancien député/ ancien président de la commission des migrations de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe/ responsable associatif (France), Renaud MANDEL, Travailleur social à l’Admie (France), Katerina MOUTSATSOS, production/développement de contenus (États-Unis), Tatianna ANNA PITTA, Comédienne (Grèce), Robin HUNZINGER, Réalisateur (France), Hayat EL KAAOUACHI, Enseignante, (France), Sarah MOLLARD, Étudiante/enseignante (France), Aurore CLAVERIE, Réalisatrice (France), Jean-Marc CHOTTEAU, Directeur artistique de La Virgule (France), Dimitris ALEXAKIS, Animateur d’un espace de création (Grèce), Laura SICIGNANO, Metteuse en scène/auteure de théâtre (Italie), Pascale MAILLART, Citoyenne (France), Elisabeth MARIE, Metteur en scène (France), Gaia PULIERO, Journaliste (France), Marie DE BANVILLE, Scénariste/directrice d’écriture (France), Juliette GHEERBRANT, Journaliste (France), Samuel KUHN, Enseignant, historien (France), Eugenio POPULIN, Educateur spécialisé retraité (France), Catherine DUBOST, Traductrice/enseignante de FLE (France), Francis MAGNENOT, Cinéaste/auteur (France), Angelique IONATOS, Chanteuse et compositrice (France), Laetitia TURA, Réalisatrice du film Les Messagers (France), Hélène CROUZILLAT, Réalisatrice du film Les Messagers (France), François NADIRAS, Militant LDH (France), Antonio M. MORONE, Chercheur en histoire de l’Afrique contemporaine (Italie), Daniele COMBERIATI, Ecrivain/maitre de conférence Univ. Montpellier (France), Edith CANESTRIER, Journaliste (France), Julia SICCARDI, Professeure Agrégée d’anglais (France), Léonard VINCENT, Journaliste/écrivain (France), Angelo MASTRANDREA, Journaliste/écrivain/ ancien directeur-adjoint du journal Il Manifesto (Italie), Laurence DEJARDIN, Assistante d’éducation en ZEP (France), Aferdite IBRAHIMAJ, Journaliste reporter /réalisatrice/photographe (France), Antonella AMIRANTE, Metteuse en scène (France), Francesco DE FILIPPO, Journaliste/écrivain (Italie), Kaha MOHAMED EDEN, Ecrivaine (Italie), Marco ASSENATO, Professeur (France), Sarah GURCEL VERMANDE, Comédienne/traductrice (France), Myrto GONDICAS, Traductrice (France), Nicolas BICKEL, Educateur spécialisé (France), Jean-Pierre LEBONHOMME, Directeur de l’Action sociale (France), Guillaume SCHERS, Directeur des Cada Hauts-de-Seine France terre d’asile (France), Jean-Michel POLLYN, Directeur du Caomie (France terre d’asile) (France), Ficek RADOSLAW, Directeur de l’Accompagnement et de l’Hébergement des Demandeurs d’Asile (France terre d’asile) (France), Martial DUFOUR, Secrétaire général de l’association ’Le Pied à l’Étrier’ (France), Beatrix J.S. ALLAN, Cheffe de service au Peomie (France terre d’asile) (France), Sara POIMBOEUF, Directrice du Cada de Chambon (France terre d’asile) (France), Ludivine MITOUT, Directrice du Cada de Blois (France terre d’asile) (France), Gaëlle TAINMONT, Directrice du Cada de Créteil (France terre d’asile) (France), Isabelle SIGOT, Directrice du CPH (France terre d’asile) (France), Josiane HUBE, Directrice du Peomie (France terre d’asile) (France), Juliette LENGLOIS, Directrice du Cada de Massy (France terre d’asile) (France), Baptiste THOMASSIN, Responsable départemental, Directeur d’établissement, Cada de Melun France terre d’asile (France), Jean-François ROGER, Directeur d’établissement France terre d’asile (France).

LE MARCE DELLA SOLIDARIETÀ. UN MOVIMENTO CIVILE EUROPEO. APPELLO DEL 15 MAGGIO 2015.

In quarant’anni è cambiato tutto. A tal punto che è diventato eccezionale che siano sentite ed ascoltate con successo voci che, come quelle di Jean-Paul Sartre e Raymond Aron, richiedevano, alla fine dei anni ’70, all’opinione pubblica e al Presidente della Repubblica, che la Francia accogliesse i boat people del sud est asiatico.

Altri tempi, altri costumi ; quelli che attraversano l’Europa ci preoccupano moltissimo. Dicono l’esclusione, l’odio dell’altro, il mortifero ripiego su se stessi. Sono propensi a coltivare il razzismo, l’antisemitismo, l’islamofobia, invece della benevolenza, del trattamento positivo, dell’accoglienza organizzata dell’altro.
In quindici anni, cioè dall’inizio del secolo in poi, non è cambiato nulla. Se guardiamo verso Patras, Lampedusa, Calais -dal centro di Sangatte alle « jungles » successive- le politiche migratorie europee sono fallite nella maggior parte dei casi. Impotenza, incoerenza, egoismo sembrano essere le parole d’ordine alle frontiere dello spazio Schengen, a Bruxelles e nella maggioranza delle capitali europee. Ma le immagini di questi migranti, spesso rifugiati, abbandonati, isolati, maltrattati, nutrono e alimentano il rifiuto, abbozzano le grandi paure contemporanee, mettendo dei limiti identitari che preparano chiusure e confronti.

Il ’grand remplacement’ [la grande sostituzione] va avanti, dicono certi tra quelli che denunciano lo sbarco dei ’stranieri’ sulle nostre coste e la loro invasione delle nostre campagne, contro ogni probabilità. Ci si dovrebbe piuttosto stupire che gli stessi che pretendono di preoccuparsi del declino dell’Europa non capiscono che invece, in un continente che sta invecchiando, l’immigrazione dovrebbe essere percepita per quello che è : cioè un mezzo per compensare l’invecchiamento delle nostre popolazioni e una curva demografica preoccupante.
Da tre anni, i cittadini europei si sono resi conto dei pericoli delle vie migratorie irregolari. La morte si aggira nel Mediterraneo come su tutte le rotte, ma i dirigenti degli Stati membri fanno i sordi. Insieme alla maggioranza dell’opinione pubblica, non vogliono vedere, sentire, analizzare e prendere provvedimenti adeguati, eccetto quando sono costretti, e comunque in maniera parziale.

Tutto questo fa nascere un sentimento di vergogna e di grande pericolo per il progetto umanistico europeo, ansioso dell’effettività dei diritti e della dignità di tutti che auspichiamo.

’Non si tratta più di parole vane, ma di un atto ardito, di un atto costruttivo.’ diceva Robert Schuman, il 9 maggio 1950, 65 anni fa, in un discorso che fu la prima pietra verso l’elaborazione di un’Europa politica, economica e sociale.

Fedeli a questo spirito volontario e umanista, a questo spirito di solidarietà ed accoglienza, noi, cittadini europei venuti dai 28 paesi dell’Unione europea, facciamo appello per l’organizzazione di marce della solidarietà in tutta Europa.

Si tratta :

  • di mostrare che la politica attuale, lungi dal portare soluzioni, è nociva per i migranti, per i rifugiati, per i paesi di partenza e i paesi di accoglienza.
  • di fare appello al rispetto del diritto di asilo e alla sua applicazione in condizioni degne e entro termini ragionevoli per i richiedenti in tutto il territorio dell’Unione europea, e a una giusta distribuzione dell’accoglienza in nome della solidarietà dei paesi coinvolti.
  • di iniziare un cambiamento nello sguardo mediatico e politico nei quali i termini ’incoraggiamento all’emigrazione’ , ’flussi’, ’scorte’, ’clandestini’, sono ormai utilizzati per evocare gruppi di persone arrivate da poco sui nostri territori.
  • di informare i nostri concittadini sul contributo rappresentato, ieri, oggi e domani più che mai, dalle popolazione immigrate.
  • di discutere politiche europee migratorie alternative.
    di incitare con misure concrete all’elaborazione di un principio di solidarietà nell’accoglienza delle popolazioni straniere.
  • di esigere senza indugio e in modo perenne la sicurezza delle persone presenti nel mare Mediterraneo, dentro e fuori le acque territoriali.
    Le forme prese da queste marce saranno da inventare, e abbiamo piena fiducia nelle nuove iniziative civili che nasceranno.

Per quanto ci riguarda, facciamo appello all’organizzazione di una prima marcia da Calais a Bruxelles, nel mese di agosto 2015.

Ma questo non potrà essere un episodio isolato. La forza di quelle marce sarà nella loro quantità e nella loro diffusione nell’Europa intera, graverà sulle iniziative locali e civili e sull’abbandono di tutti i luoghi comuni sulle migrazioni che esistono oggi in Europa.

L’Europa non può rinchiudersi nelle sue frontiere, ha il dovere di organizzare le migrazioni, di pensarle immaginando le mobilità e le protezioni necessarie.

Quindi, da settembre 2015, ’le marce della solidarietà’ dovranno iniziare un nuovo movimento civile in Europa, per un’Europa della pace e dell’apertura al mondo.

Firmare la petizione

http://www.france-terre-asile.org/c...

Con la tua firma, ti impegni :

- a manifestare il tuo sostegno a questo processo di solidarietà in confronto ai migranti.

- ad essere informato sulle marce e le manifestazioni che saranno organizzate per iniziare questo nuovo movimento civico in Europa.

Il tuo impegno è pubblico e il tuo nome, il tuo cognome e la tua professione saranno pubblicamente visibili.

Contatti :

  • Pierre Henry : phenry@france-terre-asile.org
  • Olivier Favier : dormirajamais@dormirajamais.org

Immagine : Luci notturne, 2002.

I primi firmatori :

Jacques RIBS, Président de France terre d’asile (France), Alain LE CLEAC’H, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Nicole QUESTIAUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France),Frédéric TIBERGHIEN, Membre du bureau de France terre d’asile (France) Sylvain PETIT, Professeur d’Histoire-géographie/ Conseiller communal à la culture (France), Corinne MOREL DARLEUX, Conseillère régionale Rhône-Alpes (France), Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directrice de recherche chez Ceri / CNRS (France), Marie-Christine VERGIAT, Députée européenne (France), Hélène SOUPIOS-DAVID, Chargée de mission France terre d’asile (France), Christophe HARRISON, Cadre de France terre d’asile (France), Andrea SEGRE, Sociologue et Réalisateur (Italie), Gilles MANCERON, Historien (France), Pierre HASSNER, Directeur de recherches à Science Po/chercheur Ceri (France), Annie KALYVA, Docteur en didactique du FLE/enseignante (Grèce), Theodora KOCHYLA, sociologue (Grèce), Argyris TSAKOS, Psychologue/psychanalyste (Grèce), Thanos CONTARGYRIS, Économiste (Grèce), Smaïn LAACHER, Sociologue, France, Chantal LIMOUSY, Thérapeute (France), Gérard TUMA (France), Pauline PERCHAT (France), Marcelle TRON SIAUD, Travailleur indépendant du secteur Associations et organisations sociales et syndicales ( France),Pascale FROMENTIERE (France), Maud COIFFEY, en recherche d’emploi Animatrice Chargée de projet / social culturel (France), Sarah AKKARI, Étudiante (France), Alice QUILLET, Étudiante (France), Jaqcueline BENASSAYAG, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jacqueline COSTA-LASCOUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Paulette DECRAENE, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Luc GONNEAU, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Pierre WORMS,Sociologue/ancien député/ ancien président de la commission des migrations de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe/ responsable associatif (France), Renaud MANDEL, Travailleur social à l’Admie (France), Katerina MOUTSATSOS, production/développement de contenus (États-Unis), Tatianna ANNA PITTA, Comédienne (Grèce), Robin HUNZINGER, Réalisateur (France), Hayat EL KAAOUACHI, Enseignante, (France), Sarah MOLLARD, Étudiante/enseignante (France), Aurore CLAVERIE, Réalisatrice (France), Jean-Marc CHOTTEAU, Directeur artistique de La Virgule (France), Dimitris ALEXAKIS, Animateur d’un espace de création (Grèce), Laura SICIGNANO, Metteuse en scène/auteure de théâtre (Italie), Pascale MAILLART, Citoyenne (France), Elisabeth MARIE, Metteur en scène (France), Gaia PULIERO, Journaliste (France), Marie DE BANVILLE, Scénariste/directrice d’écriture (France), Juliette GHEERBRANT, Journaliste (France), Samuel KUHN, Enseignant, historien (France), Eugenio POPULIN, Educateur spécialisé retraité (France), Catherine DUBOST, Traductrice/enseignante de FLE (France), Francis MAGNENOT, Cinéaste/auteur (France), Angelique IONATOS, Chanteuse et compositrice (France), Laetitia TURA, Réalisatrice du film Les Messagers (France), Hélène CROUZILLAT, Réalisatrice du film Les Messagers (France), François NADIRAS, Militant LDH (France), Antonio M. MORONE, Chercheur en histoire de l’Afrique contemporaine (Italie), Daniele COMBERIATI, Ecrivain/maitre de conférence Univ. Montpellier (France), Edith CANESTRIER, Journaliste (France), Julia SICCARDI, Professeure Agrégée d’anglais (France), Léonard VINCENT, Journaliste/écrivain (France), Angelo MASTRANDREA, Journaliste/écrivain/ ancien directeur-adjoint du journal Il Manifesto (Italie), Laurence DEJARDIN, Assistante d’éducation en ZEP (France), Aferdite IBRAHIMAJ, Journaliste reporter /réalisatrice/photographe (France), Antonella AMIRANTE, Metteuse en scène (France), Francesco DE FILIPPO, Journaliste/écrivain (Italie), Kaha MOHAMED EDEN, Ecrivaine (Italie), Marco ASSENATO, Professeur (France), Sarah GURCEL VERMANDE, Comédienne/traductrice (France), Myrto GONDICAS, Traductrice (France), Nicolas BICKEL, Educateur spécialisé (France), Jean-Pierre LEBONHOMME, Directeur de l’Action sociale (France), Guillaume SCHERS, Directeur des Cada Hauts-de-Seine France terre d’asile (France), Jean-Michel POLLYN, Directeur du Caomie (France terre d’asile) (France), Ficek RADOSLAW, Directeur de l’Accompagnement et de l’Hébergement des Demandeurs d’Asile (France terre d’asile) (France), Martial DUFOUR, Secrétaire général de l’association ’Le Pied à l’Étrier’ (France), Beatrix J.S. ALLAN, Cheffe de service au Peomie (France terre d’asile) (France), Sara POIMBOEUF, Directrice du Cada de Chambon (France terre d’asile) (France), Ludivine MITOUT, Directrice du Cada de Blois (France terre d’asile) (France), Gaëlle TAINMONT, Directrice du Cada de Créteil (France terre d’asile) (France), Isabelle SIGOT, Directrice du CPH (France terre d’asile) (France), Josiane HUBE, Directrice du Peomie (France terre d’asile) (France), Juliette LENGLOIS, Directrice du Cada de Massy (France terre d’asile) (France), Baptiste THOMASSIN, Responsable départemental, Directeur d’établissement, Cada de Melun France terre d’asile (France), Jean-François ROGER, Directeur d’établissement France terre d’asile (France).

DIE SOLIDARITÄTSMÄRSCHE, EINE EUROPÄISCHE BÜRGERBEWEGUNG.

Nichts ist mehr wie vor 40 Jahren. Soviel hat sich verändert, dass Stimmen wie jene von Jean-Paul Sartre und Raymond Aaron, die in den späten 1970er Jahren die Öffentlichkeit und den französischen Präsidenten zur Aufnahme der Boat People aus Südostasien aufriefen, heute kaum noch Gehör finden, geschweige denn befolgt werden.

Andere Zeiten, andere Sitten. Wir sind zutiefst beunruhigt über jene, die momentan in Europa zu Tage treten. Sie zeugen von Ausgrenzung, Fremdenhass, todbringender Abschottung. Statt Wohlwollen, guter Behandlung, einer organisierten Aufnahme der Anderen werden schamlos Rassismus, Antisemitismus und Islamfeindlichkeit gepflegt.

Nichts hat sich verändert seit 15 Jahren, seit Beginn des Jahrtausends. Wenn man sich die Zustände anschaut, die in Patras, in Lampedusa, in Calais – vom Aufnahmelager in Sangatte bis zu den sukzessiven wilden Camps – herrschen, kann man nur das weitgehende Scheitern der europäischen Flüchtlingspolitik feststellen. Ohnmacht, fehlende Kohärenz, Egoismus – das scheinen die Schlüsselwörter sowohl an den Rändern des Schengenraums als auch in Brüssel und den meisten europäischen Hauptsstädten zu sein. Doch die Bilder dieser Migranten, die oftmals Flüchtlinge und vernachlässigt, alleingelassen, misshandelt sind, nähren und steigern die Ablehnung dieser Personen. Sie spiegeln skizzenhaft die fundamentalen Ängste unserer Epoche wider. So werden die identitätsbezogenen Weichen für künftige Konflikte und Abschottungen gestellt.

Ein großer „Bevölkerungsaustausch“ sei im Gange, sagen manche unter denen, die angesichts der Ankunft dieser „Fremden“ an unseren Küsten und ihr angebliches, real inexistentes „Überschwemmen“ unserer Territorien laut aufschreien. Dabei sollte man sich eher darüber wundern, dass jene, die sich vorgeblich um den Niedergang Europas sorgen, nicht verstehen, dass die Einwanderung in einen alternden Kontinent als das wahrgenommen werden sollte, was sie in Wahrheit ist : nämlich als eines der Mittel, um das Altern unserer Bevölkerungen und die bedenkliche demographische Entwicklung zu kompensieren.

Seit drei Jahren sind sich die europäischen Bürger der Gefahren der illegalen Einwanderungsrouten bewusst. Der Tod lauert im Mittelmeer und auf allen diesen Routen, doch die Regierenden der europäischen Staaten verschließen Augen und Ohren vor dem Problem. Wie die Mehrheit ihrer Öffentlichkeit wollen sie weder hören, sehen, analysieren, noch adäquate Maßnahmen treffen, und wenn, dann nur unter Zwang und halbherzig.

All das ist beschämend und gefährlich für das humanistische europäische Projekt, für das wir einstehen, für ein Europa, das die Menschenwürde und die Wirksamkeit der Menschenrechte verteidigt.

„Wir brauchen jetzt keine leeren Parolen, sondern eine Tat, eine mutige Tat, eine konstruktive Tat“, sagte Robert Schuman am 9.Mai 1950, vor 65 Jahren, in einer Rede, die den Grundstein für die Gestaltung eines politischen, sozialen und wirtschaftlichen Europas legte.

Wir, Bürger aus 28 europäischen Mitgliedstaaten, fühlen uns diesem tatkräftigen, humanistischen, solidarischen und aufnahmefreundlichen Geist verpflichtet und rufen daher zur Organisation von Solidaritätsmärschen in ganz Europa auf.

Wir wollen :

  • Zeigen, dass die aktuelle Politik keine Lösungen bringt und sowohl für die Migranten und Flüchtlinge selbst, als auch für ihre Herkunftsländer und die Bürger der Aufnahmestaaten nachteilig ist.
  • Zur Achtung des Asylrechts und seiner Anwendung unter menschenwürdigen Bedingungen und innerhalb von akzeptablen Fristen für alle Asylbewerber auf dem gesamten Gebiet der EU sowie zu einer gerechten Verteilung der Flüchtlinge im Namen der Solidarität unter den betroffenen Ländern aufrufen.
  • Einen Wandel der Einstellung auf Seiten der Medien und der Politik initiieren, damit Begriffe wie „Sogwirkung“, „Ströme“, „Lager“, „Illegale“, die benutzt werden, um vor kurzem angekommene Personengruppen zu bezeichnen, aus dem Vokabular gestrichen werden.
  • Unsere Mitbürger über den Zugewinn informieren, den die Migranten in der Vergangenheit dargestellt haben, heute darstellen und vor allem in Zukunft mehr als je zuvor darstellen werden.
  • Über eine alternative europäische Einwanderungspolitik debattieren.
  • Durch konkrete Maßnahmen die Aufstellung eines Solidaritätsprinzips bei der Aufnahme von Flüchtlingen und Migranten anregen.
  • Die sofortige und dauerhafte Gewährleistung der Sicherheit für Personen, die auf dem Mittelmeer unterwegs sind fordern, sei es innerhalb oder außerhalb des jeweiligen Hoheitsgebiets.

Die Gestalt der Märsche bleibt zu erfinden, aber wir sind voller Vertrauen in die neuen Bürgerinitiativen, die sicher dahingehend aktiv werden.

Wir rufen unsererseits zur Organisation eines ersten Marsches von Calais nach Brüssel im August 2015 auf.

Aber diese erste Initiative darf nicht die einzige bleiben ! Die Märsche können große Wirkung zeigen, wenn sie zahlreich und über ganz Europa verteilt stattfinden. Ihre Wirkung beruht auch auf lokalen Bürgerinitiativen und auf der Distanzierung von allen Gemeinplätzen, die heute über Einwanderung in Europa verbreitet sind.

Europa kann sich nicht hinter seinen Grenzen verschanzen ; es muss im Gegenteil die Einwanderung organisieren und gestalten, indem es Ideen für die notwendige Mobilität und den notwendigen Schutz entwickelt.

Ab September 2015 sollen also die „Solidaritätsmärsche“ eine neue Bürgerbewegung in Europa in Gang setzen, für einen friedlichen und offenen Kontinent.

Hier geht es zur Petition :

http://www.france-terre-asile.org/c...




Mit Ihrer Unterschrift engagieren Sie sich :

- um Ihre Unterstützung für diese Solidaritätsaktion zugunsten der Migranten kundzutun





- um informiert zu werden über die Märsche und die Demonstrationen, die organisiert werden um die neue europäische Bürgerbewegung in Gang zu bringen



Ihr Engagement wird publik gemacht und Ihr Name, Vorname und Beruf erscheinen am Ende des Aufrufs.

Kontakt :

Pierre Henry, Generaldirektor von Terre d’asile Frankreich, phenry@france-terre-asile.org

Olivier Favier, dormirajamais@dormirajamais.org

Abbildung : Nachtlichter, 2002

Aus dem Französischen übersetzt von Christina Kott

Die ersten Unterzeichner der Petition :

Jacques RIBS, Président de France terre d’asile (France), Alain LE CLEAC’H, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Nicole QUESTIAUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France),Frédéric TIBERGHIEN, Membre du bureau de France terre d’asile (France) Sylvain PETIT, Professeur d’Histoire-géographie/ Conseiller communal à la culture (France), Corinne MOREL DARLEUX, Conseillère régionale Rhône-Alpes (France), Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directrice de recherche chez Ceri / CNRS (France), Marie-Christine VERGIAT, Députée européenne (France), Hélène SOUPIOS-DAVID, Chargée de mission France terre d’asile (France), Christophe HARRISON, Cadre de France terre d’asile (France), Andrea SEGRE, Sociologue et Réalisateur (Italie), Gilles MANCERON, Historien (France), Pierre HASSNER, Directeur de recherches à Science Po/chercheur Ceri (France), Annie KALYVA, Docteur en didactique du FLE/enseignante (Grèce), Theodora KOCHYLA, sociologue (Grèce), Argyris TSAKOS, Psychologue/psychanalyste (Grèce), Thanos CONTARGYRIS, Économiste (Grèce), Smaïn LAACHER, Sociologue, France, Chantal LIMOUSY, Thérapeute (France), Gérard TUMA (France), Pauline PERCHAT (France), Marcelle TRON SIAUD, Travailleur indépendant du secteur Associations et organisations sociales et syndicales ( France),Pascale FROMENTIERE (France), Maud COIFFEY, en recherche d’emploi Animatrice Chargée de projet / social culturel (France), Sarah AKKARI, Étudiante (France), Alice QUILLET, Étudiante (France), Jaqcueline BENASSAYAG, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jacqueline COSTA-LASCOUX, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Paulette DECRAENE, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Luc GONNEAU, Membre du bureau de France terre d’asile (France), Jean-Pierre WORMS,Sociologue/ancien député/ ancien président de la commission des migrations de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe/ responsable associatif (France), Renaud MANDEL, Travailleur social à l’Admie (France), Katerina MOUTSATSOS, production/développement de contenus (États-Unis), Tatianna ANNA PITTA, Comédienne (Grèce), Robin HUNZINGER, Réalisateur (France), Hayat EL KAAOUACHI, Enseignante, (France), Sarah MOLLARD, Étudiante/enseignante (France), Aurore CLAVERIE, Réalisatrice (France), Jean-Marc CHOTTEAU, Directeur artistique de La Virgule (France), Dimitris ALEXAKIS, Animateur d’un espace de création (Grèce), Laura SICIGNANO, Metteuse en scène/auteure de théâtre (Italie), Pascale MAILLART, Citoyenne (France), Elisabeth MARIE, Metteur en scène (France), Gaia PULIERO, Journaliste (France), Marie DE BANVILLE, Scénariste/directrice d’écriture (France), Juliette GHEERBRANT, Journaliste (France), Samuel KUHN, Enseignant, historien (France), Eugenio POPULIN, Educateur spécialisé retraité (France), Catherine DUBOST, Traductrice/enseignante de FLE (France), Francis MAGNENOT, Cinéaste/auteur (France), Angelique IONATOS, Chanteuse et compositrice (France), Laetitia TURA, Réalisatrice du film Les Messagers (France), Hélène CROUZILLAT, Réalisatrice du film Les Messagers (France), François NADIRAS, Militant LDH (France), Antonio M. MORONE, Chercheur en histoire de l’Afrique contemporaine (Italie), Daniele COMBERIATI, Ecrivain/maitre de conférence Univ. Montpellier (France), Edith CANESTRIER, Journaliste (France), Julia SICCARDI, Professeure Agrégée d’anglais (France), Léonard VINCENT, Journaliste/écrivain (France), Angelo MASTRANDREA, Journaliste/écrivain/ ancien directeur-adjoint du journal Il Manifesto (Italie), Laurence DEJARDIN, Assistante d’éducation en ZEP (France), Aferdite IBRAHIMAJ, Journaliste reporter /réalisatrice/photographe (France), Antonella AMIRANTE, Metteuse en scène (France), Francesco DE FILIPPO, Journaliste/écrivain (Italie), Kaha MOHAMED EDEN, Ecrivaine (Italie), Marco ASSENATO, Professeur (France), Sarah GURCEL VERMANDE, Comédienne/traductrice (France), Myrto GONDICAS, Traductrice (France), Nicolas BICKEL, Educateur spécialisé (France), Jean-Pierre LEBONHOMME, Directeur de l’Action sociale (France), Guillaume SCHERS, Directeur des Cada Hauts-de-Seine France terre d’asile (France), Jean-Michel POLLYN, Directeur du Caomie (France terre d’asile) (France), Ficek RADOSLAW, Directeur de l’Accompagnement et de l’Hébergement des Demandeurs d’Asile (France terre d’asile) (France), Martial DUFOUR, Secrétaire général de l’association ’Le Pied à l’Étrier’ (France), Beatrix J.S. ALLAN, Cheffe de service au Peomie (France terre d’asile) (France), Sara POIMBOEUF, Directrice du Cada de Chambon (France terre d’asile) (France), Ludivine MITOUT, Directrice du Cada de Blois (France terre d’asile) (France), Gaëlle TAINMONT, Directrice du Cada de Créteil (France terre d’asile) (France), Isabelle SIGOT, Directrice du CPH (France terre d’asile) (France), Josiane HUBE, Directrice du Peomie (France terre d’asile) (France), Juliette LENGLOIS, Directrice du Cada de Massy (France terre d’asile) (France), Baptiste THOMASSIN, Responsable départemental, Directeur d’établissement, Cada de Melun France terre d’asile (France), Jean-François ROGER, Directeur d’établissement France terre d’asile (France).

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter