La Revue des Ressources
Accueil du site > Création > Carnets > Dreamlands - Un visage de l’Amérique : Detroit

Dreamlands - Un visage de l’Amérique : Detroit 

dimanche 4 août 2013, par Olivier Hodasava (Date de rédaction antérieure : 23 mai 2013).

Dreamlands est un carnet de voyage virtuel à travers Google Earth et Street View. Chaque jour, je me promène dans des lieux que je ne connais pas. Je prends des notes, des photos. Je me confronte aux limites d’un appareil formel contraignant. Je fais avec cette caméra de peu, de beaucoup : StreetView – des panoramiques, des déformations, des objectifs inchangés/inchangeables, des imperfections, des flous de masquage, des limites de résolution parfois. Je fais aussi avec les vides et les pleins que cela implique. Avec la frustration de savoir que je rate parfois de quelques décimètres à peine le sublime (impossible de se glisser dans les interstices entre les différentes images). C’est une frustration en fait, mais aussi un plaisir - un plaisir certes un peu retors mais immense.

145e jour - Alors voilà. Je débarque à Detroit (et je compte y rester un peu). Cela faisait longtemps que ça me titillait. Je suis même déjà venu roder juste en face – à Windsor, au Canada, de l’autre côté de la rivière qui a donné son nom à la ville. Mais cette fois-ci, je plonge. je veux dire vraiment.

Je sais deux ou trois choses sur la ville – j’ai une petite idée de ce qui m’attend. Je sais par exemple que du temps de sa splendeur, la ville était surnommée Motor City ou Motown (pour Motor Town). L’industrie automobile y était alors florissante. Essor, expansion – Detroit a même un temps connu l’honneur d’être la cinquième plus grande ville des États-Unis.

Et puis sont venues les années quatre-vingt, quatre-vingt-dix. La crise, les crises. Puis les subprimes. Deux millions d’habitants dans les années cinquante, 800 000 seulement au dernier recensement. Là où la voiture était reine, il n’y a plus guère d’embouteillages aujourd’hui – la ville est devenue fantôme.

Les bâtiments, en nombre, se délabrent, les bâtiments brûlent, ils s’écroulent. Les friches gagnent du terrain et, vue d’avion, Detroit est de plus en plus verte.

30% des logements de la ville sont aujourd’hui inoccupés. Le nombre des saisies immobilières, ici, est cinq fois supérieur à la moyenne nationale. Le révérend démocrate Jesse Jackson en est venu à déclarer le 29 septembre dernier : “Detroit, Michigan, c’est Ground Zero.” La formule a marqué

Les chiffres sont choses parlantes. En vrac : 28,9% des adultes sont officiellement au chômage – ils seraient, en fait, près de 45 % ; on compte 1220 crimes violents par an pour 100 000 habitants (le FBI a classé Detroit ville la plus dangereuse des États-Unis) ; les afro-américains représentent 80 à 85% (selon les sources), de la population intramuros – les blancs, eux, ont fui en banlieue ou plus loin encore.

Un site mérite l’attention de ceux que ce chaos touche, il s’appelle 100 abandoned houses->http://www.100abandonedhouses.com/] et c’est une galerie des maisons de la ville laissées à l’abandon. Les photos y sont, triste ironie, vraiment très belles.

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter